Bravo Alex! Une semaine incroyable…

Les Blue Jays étaient en congé, lundi, mais ce n’était pas le cas du directeur gérant Alex Anthopoulos.

Si les gens croyaient qu’il dormait au gaz en attendant d’être limogé par la haute direction des Jays, ils s’étaient royalement trompés, car dans l’espace de 72 heures, il a acquis deux joueurs de très grande qualité.

L’acquisition de Troy Tulowitzki et de LaTroy Hawkins en retour de Jose Reyes et de trois jeunes lanceurs, ne résout pas tous les problèmes des Blue Jays… mais souvent on additionne lorsque l’on soustrait!

Puis, contre toute attente, il a mis la main de l’un des meilleurs gauchers du baseball, David Price, des Tigers… alors que les Dodgers, les Yankees et les Giants faisaient des pieds et des mains pour l’acquérir.

Et Anthopoulos n’était pas au bout de ses surprises. Encore fallait-il qu’il mette la main sur le voltigeur Ben Revere, des Phillies et le releveur Mark Lowe, des Mariners.

Quelle semaine! On dit qu’Anthopoulos aurait passé 34 heures sans dormir, mais le repos des prochains jours aura été fort mérité.

Tulowitzki  n’est pas un frappeur ambidextre, mais il semble beaucoup plus motivé et intense que Reyes ne l’avait démontré depuis le début de la saison. La seule similitude entre les deux hommes, c’est leur fragilité. Les deux joueurs d’arrêt-court ont raté beaucoup matchs ces dernières années.

Et l’euphorie qui accompagné la nouvelle de la transaction a rapidement fait place à la réalité… l’attaque ne peut pas tout faire.

L’avance de 2-0 des Jays a été éliminée par une poussée de trois points des Phillies aux dépens de Felix Doubront en cinquième manche, résultat d’un simple inusité et de trois doubles.

Puis, les releveurs des deux équipes ont échangé des zéros au tableau et les Jays étaient vaincus 3-2.

De plus, Devon Travis (épaule gauche) et José Bautista (cuisse) n’ont pu terminer le match en raison de blessures, si bien que Russell Martin a complété la rencontre au deuxième but.

Le lendemain, Troy Tulowitzki n’a pas perdu de temps pour se faire une légion d’amis au Rogers Centre.

Après avoir été retiré au bâton, Tulo a claqué un circuit, deux doubles, marqué trois points et en a produit trois. Comme début, on pouvait difficilement demander mieux.

Avec un tel appui offensif, R.A. Dickey a signé une deuxième victoire de suite, cette fois un gain de 8-2 lorsqu’ il a bien espacé sept coups sûrs et un but sur balles en huit manches.

Outre Tulo, Donaldson, Bautista, Valencia, Carrera et Goins, en l’absence de Travis, ont tous contribué deux coups sûrs à l’attaque des Jays.

Et les Jays ont amorcé. La série de quatre matchs contre les Royals de Kansas City avec une belle victoire de 5-2 en claquant trois circuits. Celui de deux points de Dioner Navarro et ceux en solo de Russell Martin (15e) et de Donaldson (25e).

Marco Estrada a récolté sa 8e victoire. Après avoir donné deux points en première manche, il a fermé la porte par la suite avant de céder sa place aux releveurs Brett Cecil, LaTroy Hawkins, Aaron Sanchez et Roberto Ozuna qui a signé son 6e sauvetage.

Le deuxième match de la série a bien mal débuté puisque Drew Hutchison a donné trois points dès la première manche. Mais, comme à l’habitude, les Jays sont venus à sa rescousse pour créer l’égalité en 4e.

Puis, lorsque la défensive a croulé et coûté trois points, les Jays ont retroussé leurs manches et c’était 6-6 après sept manches.

Et finalement, à l’aide de son troisième coup sûr du match, Josh Donaldson a poussé Tulowitzki au marbre en fin de 11e pour un gain de 7-6.

Mais samedi, les Royals ont démontré qu’ils étaient, eux aussi, capables d’effacer un déficit alors qu’ils ont vaincu les Jays au compte de 7-6..

Ils ont profité d’une erreur de Mark Buehrle pour marquer trois points, dont un non mérité, en sixième manche avant d’en marquer trois autres face au nouveau venu Mark Lowe en 8e.

Les deux circuits de Bautista et le 26e de Donaldson n’ont pas suffi.

Lors du dernier match, Chris Colabello a justifié la confiance de la direction de l’équipe, car on l’a préféré èa Danny Valencia qui a été offert au repëchage, en claquant un circuit de deux points pour lancer les Jays en avant 2-0 en 4e manche.

Mais les Jays ont dû marquer deux points en fin de 8e pour assurer R.A. Dickey de sa 6e victoire, une troisième de suite, 5-2. Les Jays ont gagné les honneurs de cette série de quatre matchs, 3-1.

La victoire n’a pas été sans mettre en évidence le jugement douteux de l’arbitre au marbre, Jim Wolf, qui a expulsé le gérant John Gibbons, son adjoint DeMarlo Hale et Aaron Sanchez.

-30-

Une semaine de détermination

La semaine qui s’amorce en sera une lourde de conséquences pour la saison 2015 des Blue Jays.

Le directeur-gérant Alex Anthopoulos bougera-t-il sur le plan des transactions? Le séjour des Jays à domicile avec dix matchs va-t-il relancer l’équipe dans la course aux séries? Après deux matches contre les Phillies, il y en aura quatre contre les Royals de Kansas City et quatre contre les Twins du Minnesota.

Tout un défi à relever…

Un repos salutaire

Après avoir été utilisé dans 80 des 94 premiers matchs des Blue Jays, le gérant John Gibbons a jugé opportun d’accorder un congé à son receveur Russell Martin, dimanche dernier, sachant que le lendemain était un jour de relâche.

Cette pause de 48 heures a été bénéfique car Russell a secoué sa léthargie offensive lors du premier match à Oakland, avec deux coups sûrs, dont son 13e circuit de la campagne, une claque de trois points qui a assommé les A’s. Les Jays l’ont emporté 7-1.

Au monticule, le vétéran Mark Buehrle a signé son 11e gain, distribuant huit coups sûrs en sept manches, sans donner un seul but sur balles.

Dans le deuxième match, les Jays ont raté une chance en or en neuvième manche alors qu’ils avaient les buts remplis et aucun retrait.  Tirant de l’arrière 3-2, l’équipe qui possède l’une des forces de frappe les plus redoutables, n’a réussi qu’un seul point et ce via un but sur balles!

Les gros canons Donaldson et Encarnacion ont été retirés au bâton et Dioner Navarro a frappé un faible ballon. Étaient-ils à la recherche d’un grand chelem au lieu d’un simple coup sûr qui aurait pu faire toute la différence? Eux seuls ont la réponse!

Voilà le genre de défaite qui peut avoir de lourdes conséquences.

Dickey s’est levé

Les Jays ont toutefois remporté les honneurs de la série alors que R.A. Dickey a tenu le coup pendant 8 1-3 manches et a remporté une première victoire à l’étranger, 5-2 contre les A’s.

À nouveau Russell Martin a sonné la charge avec un circuit de deux points en 2e manche. Il a récolté sept coups sûrs et produits six points dans cette série.

Donaldson a ajouté son 23e circuit, cette fois en solo, en 5e manche.

Chris Colabello, à l’aide de deux coups sûrs, a produit un point et Encarnacion a ajouté l’autre.

Puis la série contre les Mariners a débuté sur un mauvais pied alors que Marco Estrada ne s’est pas présenté au monticule avec ses meilleurs outils. Il a été malmené pour cinq points en quatre manches, accordant un circuit de deux points à Mark Trumbo et un triple de deux points à Robinson Cano.

Le roi Felix Hernandez, lui, était au sommet de sa forme, ne donnant que deux points, dont un circuit en solo à Jose Bautista en huit manches pour inscrire son 12e gain de la saison.

Samedi, Drew Hutchison, sûrement un peu grippé, a été égal à lui-même dans un match à l’étranger alors qu’il a donné six points en quatre manches. Mais, comme d’habitude, l’attaque des Jays est venue à sa rescousse.

Neuf buts sur balles et huit coups sûrs ont permis aux Jays de faire oublier la contre performane d’Hutchison et d’arracher une victoire de 8-6 aux Mariners.

Le circuit de deux points d’Ezéquiel Carrera, comme frappeur suppléant en 8e manche a créé l’égalité 6-6 et le simple opportun de Colabello, avec les buts remplis en 9e ont procuré la victoire à Aaron Sanchez, rappelé de Buffalo.

Osuna a inscrit son 5e sauvetage.

Le  voyage a pris fin sur une mauvaise note alors que Mark Buehrle n’était pas l’ombre de lui-même que la relève, encore une fois, n’a pas été à la hauteur de la situation.

Buehrle a quitté avec une avance de 4-3, mais en moins de six manches, il avait donné 10 coups sûrs.

Puis, alors que les Jays jouissaient d’une priorité de deux points, Joe Schultz  a accordé un circuit de deux points à Nelson Cruz et en fin de 10e manche, Aaron Loup a servi le servi décision à Franklin Gutierrez, alors qu’il avait un compte de deux balles aucune prise.

Nul besoin de chercher midi à 14 heures pour savoir où les Jays ont besoin de renfort…

Stage de perfectionnement des Jays

Les Blue Jays organisent cet été un stage de perfectionnement pour les jeunes âgé de 9 à 16 ans.Il se déroulera les 18 et 19 août, au parc Pierre-Elliott-Trudeau, sis au 6975 Chemin Mackle, à Côte St-Luc.

Les inscriptions se font exclusivement au : www.bluejays.com/camps .

Il en coûte $190.00 + taxes, et cela comprend un t-shirt des Jays, un livre d’instructions et un gant de baseball Alomar 12’’.

Pour de plus amples détails en français, rejoignez M.Brad Horner au : bhorner@cotesaintluc.org

Les instructeurs seront Roberto Alomar, Jesse Barfield, Duane Ward et Denis Boucher. Il y aura aussi d’autres d’instructeurs francophones.

-30-

Il faut se nourrir d’espoir

Les Blue Jays n’ont toujours pas bougé sur le plan des transactions et la reprise des activités a donné une autre preuve qu’ils ont besoin de renfort au monticule… qu’il s’agisse d’un partant ou d’un releveur sinon des deux!

Le directeur-gérant Alex Anthopoulos a commencé à sonder le terrain durant la pause du match des étoiles et il est à souhaiter qu’il trouve une équipe avec laquelle il pourra négocier. Il lui reste 12 jours avant la date limite pour les transactions.

Les Jays ont entamé la deuxième tranche de la saison sur un bon pied avec une victoire de 6-2 contre leurs rivaux de la division Est, les Rays de Tampa Bay.

Fidèle à lui-même, Drew Hutchison a été solide sur le monticule du Rogers Centre, alors qu’il n’a accordé que deux points sur six coups sûrs et deux buts sur balles en route vers sa 9e victoire de la campagne.

Le scénario gagnant n’avait pas changé au cours de la pause du match des étoiles puisque la troupe de John Gibbons a eu recours à la longue balle pour inscrire cinq de ses six points. Josh Donaldson a réussi son 22e circuit bon pour deux points tandis que Justin Smoak a ajouté son 9e, bon pour trois points aux dépens du partant des Rays, Jake Odorizzi.

La relève a été impeccable alors que Joe Schultz a retiré quatre frappeurs au bâton en deux manches tandis que Roberto Osuna a été parfait en neuvième.

Le lendemain, les Jays ont continué de faire du sur-place, puisqu’ils ont baissé pavillon 3-2 face aux Rays.

R.A. Dickey a offert une solide prestation en n’accordant qu’un seul point sur quatre coups sûrs et un seul but sur balles en six manches. Et lorsqu’il a quitté le monticule, il menait au compte de 2-1.

Mais. Comme trop de fois cela s’est produit en première demie de saison, la relève est venue gâter la sauce. Aaron Loup a d’abord donné un circuit à Brandon Guyer pour perdre la mince avance et ensuite Ryan Tepera a commis la même faute, face à Curt Casali. Ce dernier était le 9e frappeur de la formation et ce n’était que son deuxième circuit de la saison.

De plus, il aurait été souhaitable de voir Jose Reyes tenter de voler le deuxième but en fin de huitième manche avec Josh Donaldson au bâton. Mais Reyes est resté bien sagement au premier coussin et Donaldson a frappé dans un double jeu.

Toutefois, les Jays se sont assuré les honneurs de la série alors que Marco Estrada a offert une superbe performance. Le vétéran droitier n’a affronté qu’un seul frappeur de plus que le minimum requis en huit manches, soit 25. Il a accordé trois coups sûrs, mais l’un d’eux a été effacé par un double jeu tandis qu’un autre a été éliminé lorsque pris à contre-pied au troisième coussin.

Les frappeurs des Jays n’ont pas eu la vie tellement plus facile face à Chris Archer. Il a fallu attendre la fin de la cinquième manche avant de voir le jeune droitier commettre sa première erreur. Après un retrait, Smoak a réussi un simple et Chris Colabello a suivi avec son 9e circuit de la saison pour donner une avance de 2-0 aux Jays.

Puis, après le départ d’Archer, Bautista a scellé l’issue de la rencontre avec sa 19e longue balle, une claque de deux points aux dépens de Brandon Gomes pour une priorité de 4-0.

Même s’il ne s’agissait pas d’une situation de sauvetage, Roberto Osuna a retiré le trois derniers frappeurs sur trois prises après avoir accordé un double à son premier frappeur en neuvième manche.

Les Jays avaient besoin de ce gain car après la journée de relâche de lundi, ils iront disputer six matchs à l’étranger, soit trois contre les A’s à Oakland et trois autres face aux Mariners, à Seattle.

Et les Jays nt un pauvre bilan de 19-28 à l’étranger, exactement l’inverse de leur dossier à domicile.

-30-

À quand le réveil?

L’an dernier, les Jays n’ont gagné que sept de leurs 21 derniers matchs avant d’arriver à la pause du match des étoiles… et ils n’ont pas atteint les séries…

Cette saison, ils n’ont gagné que huit de leurs 22 derniers matchs avant la pause du match des étoiles…vont-ils atteindre les séries?

S’ils doivent le faire, ils auront besoin de renfort.

Car une équipe n’atteint pas les séries seulement en raison de son attaque… il en faut davantage!

Le dernier voyage a débuté avec une erreur commise par Jose Reyes, sur un jeu de routine en 8e manche, a coûté très cher aux Blue Jays, lors du premier match de leur série à Chicago contre les White Sox…

Nonchalant, Reyes a levé son gant trop vite et la balle lui est passée entre les deux jambes… Mark Buehrle a retiré les deux frappeurs suivants, mais pas les autres et au lieu de vaincre l’excellent Chris Sale, les Jays ont perdu 4-2. D’ailleurs, les quatre points inscrits par les White Sox n’étaient pas mérités à la fiche du vétéran gaucher.

Cette défaite est venue assombrir le ciel des Jays qui, plus tôt dans la journée, avaient appris que Russell Martin et Jose Bautista allaient rejoindre Josh Donaldson en vue du match des Étoiles qui sera présenté à Cincinnati.

Vraiment dommage!

Le lendemain, Reyes a fait amende honorable dès la première manche en volant son 11e but de la saison pour donner les devants 1-0 aux Jays tandis que Josh Donaldson a claqué son 21e circuit pour une rare victoire de 2-1.

Felix Dubront a donné un fier coup de main avec six manches et deux tiers à son premier départ depuis son rappel de Buffalo, ne donnant qu’un seul point sur six coups sûrs et un but sur balles. Roberto Osuna joué avec le feu en fin de 9e manche, mais il a inscrit son 4e sauvetage.

Les malheurs se sont poursuivis lors du troisième match… malgré le fait que les Jays eurent effacé un déficit de 3-0 encouru en première manche alors que Drew Hutchison a connu un début difficile.

Après avoir pris les devants 6-4, Liam Hendricks a été incapable de préserver cette avance et les White Sox ont créé l’égalité 6-6, égalité qui a persisté jusqu’en 11e manche.

Adam Eaton a expédié le deuxième lancer d’Osuna loin au champ droit pour son 6e circuit de la saison et donner la victoire 7-6 aux White Sox.

Et les Jays ont quitté la Ville des Vents tête basse puisqu’ils ont été blanchis par 2-0 lors du dernier match de la série.

R.A. Dickey a essuyé un 10e échec malgré qu’il n’ait accordé que deux points sur quatre coups sûrs et deux buts sur balles en sept manches. L’attaque des Jays a été réduite à seulement quatre coups sûrs, dont deux par Devon Travis.

Le lendemain, après un délai de plus de deux heures à Kansas City, l’attaque des Jays était toujours en panne, encaissant un deuxième blanchissage de suite, cette fois au compte de 3-0.

Une panne sèche de 24 manches qui n’a produit aucun point et qui en a récolté seulement 10 depuis le début du voyage pour une seule victoire en cinq matchs.

Dommage pour Marco Estrada qui a encaissé un cinquième revers, malgré plus de six solides manches au monticule.

Samedi, Encarnacion a mis fin à la disette de 27 manches sans point à l’aide de son 18e circuit, une claque de deux points qui a placé les Jays en avant 2-1 en quatrième manche.

Il a bien espacé cinq coups sûrs, donné deux points, sans

Pendant ce temps, Mark Buehrle a neutralisé l’attaque des Royals au cours des sept premières manches pour éventuellement inscrire une 10e victoire pour une 15e saison de suite.

Danny Valencia a assuré la victoire aux Jays en canonnant son sixième circuit, bon pour trois points, en début de neuvième manche et la troupe de John Gibbons l’a emporté au compte de 6-2.

Et dimanche, après avoir effacé un déficit de 7-0, les Jays ont encaissé la défaite 11-10 face aux Royals.

Pourquoi?

Une offensive de 10 points et 12 coups sûrs a été annulée parce que la défensive a commis trois erreurs (il devrait en avoir quatre) qui ont coûté trois points… le lanceur partant Doubront a concédé sept points avant de tirer sa révérence… et la relève a failli encore une fois à la tâche alors que Steve Delabar n’a obtenu qu’un seul retrait et donné trois points tandis que Joe Schultz a été accueilli par le circuit décisif en fin de huitième manche, par le frappeur de neuvième rang!

Les lacunes des Jays sont évidentes, non?

-30-

Deux en sept… pas assez!

Lorsqu’une équipe bataille pour un championnat et que face à deux équipes dont le bilan combiné est inférieur à ,500 elle ne réussit qu’à inscrire deux gains en sept matchs… c’est décevant, très décevant.

Les Blue Jays ont bien mal entrepris leur série de quatre matchs contre les Red Sox alors que leur attaque n’a pu retrouver son rythme. Limitée à sept coups sûrs lors de leurs deux matchs précédents, la troupe de John Gibbons n’a pu faire mieux que d’en obtenir cinq, contre un Clay Buchholz intraitable.

Le droitier a signé une 13e victoire en carrière face aux Jays, un gain de 3 à1 alors que Devon Travis a été le seul à obtenir deux coups sûrs à ses dépens et a marqué le seul point des Torontois.

R.A. Dickey n’a pas mal fait au monticule, mais les trois points qu’il a accordés en six manches qui ont collé une 8e défaite en 11 décisions.

Lors du deuxième match de la série, Marco Estrada avait perdu sa touche magique alors qu’en moins de trois manches il a été bousculé pour quatre points sur trois coups sûrs, dont les circuits de Jackie Bradley et David Ortiz, en plus de quatre buts sur balles.

Bien que la relève ait neutralisé l’attaque des Red Sox par la suite, les Jays ont baissé pavillon, 4-3. L’attaque n’a récolté que six coups sûrs et la claque de deux points de Jose Reyes en 7e manche n’a pas suffi à effacer le déficit.

Et par la suite, les Jays ont célébré la Fête du Canada de signe façon alors que le feu d’artifice a éclaté dès la première manche, avec une explosion de cinq points.

Encarnacion a produit trois points avec son 17e circuit… Justin Smoak en a ajouté trois avec deux longues balles (6e et 7e)… Jose Bautista a mis fin à une disette de 0-en-25 avec un circuit et un double pour trois points produits… Jose Reyes a obtenu quatre coups sûrs et Donaldson a produit deux points à l’aide de trois coups sûrs, dont son 19e circuit.

Pendant ce temps, le vétéran Mark Buehrle a savouré son 9e gain de la campagne (ce qui devrait le mener à Cincinnati au match des étoiles), avec sept solides manches, ne donnant qu’un seul point sur quatre coups sûrs, aucun but sur balles avec sept retraits sur trois prises.

Les Jays ont maintenant trois frappeurs avec au moins 50 points produits chacun.

Le dernier séjour à domicile de la première demie du calendrier a pris fin sur une bien mauvaise note alors que le jeune Matt Boyd a été massacré dès la première manche.

Boyd n’a retiré personne et les Jays tiraient de l’arrière par 7-0 lors qu’il a été chassé du monticule. Les Jays ont bien tenté une remontée avec quatre points en deuxième, mais l’opportunisme n’était pas au rendez-vous par la suite et ils ont plié l’échine 12-6.

Une fois à Detroit, les Jays ont été impuissants face à Anibal Sanchez qui ne leur a rien donné au cours des sept premières manches tandis que Hutchison a .été, encore une fois, trop généreux et les Tigers l’ont emporté 8-6.

La poussée de six points des Jays en 8e manche n’a pas suffi à effacer le déficit encouru au cours des cinq premières manches.

Hutchison a encaissé son deuxième revers alors qu’il a accordé sept points sur 10 coups sûrs et deux buts sur balles tandis que sa défensive a commis trois erreurs, ce qui ne l’a pas aidé.

Malheureusement pour les Jays, le lendemain, R.A. Dickey a emprunté le script de Hutchison et lorsqu’il a donné quatre points dès la première manche, la pente était déjà trop abrupte à remonter et les Tigers l’ont facilement emporté au compte de 8-3.

Dickey a concédé 11 coups sûrs et deux buts sur balles et il a essuyé son 9e échec de la campagne.

David Price a été dominant, espaçant huit coups sûrs et un seul but sur balles en sept manches en route vers sa 8e victoire de la saison, sa 16e en carrière contre Toronto.

Seuls Kevin Pillar (circuit en solo) et Colabello (circuit de deux points) ont réussi à inscrire les Jays au tableau.

Les Jays ont évité le balayage alors que pour l’une des rares fois depuis ces derniers temps, ils ont pris les devants dès la première manche et ont quitté Detroit avec un gain de 10-5.

Justin Verlander a tenu le coup au cours des quatre premières manches, mais en 6e, il a été malmené pour six points alors que Bautista (17e) et Smoak (8e) ont réussi des circuits à ses dépens.

Marco Estrada a célébré son anniversaire avec cinq bonnes manches, ne donnant que deux points sur cinq coups sûrs et un seul but sur balles. Osuna a enregistré son 3e sauvetage.

-30-

Un excellent mois de juin

Alors que le mois de juin tire à sa fin, le gérant John Gibbons peut être fier de sa troupe en raison d’une fiche de 18-7 avec encore seulement deux matchs à jouer.

Alors que la course regroupe quatre équipes, séparées par un seul match!

Le court séjour à Tampa Bay a bien démarré avec une victoire de 8-5 contre les Rays au profit de Drew Hutchison (7-1) alors que Roberto Osuna a signé son premier sauvetage en carrière.

Une explosion de quatre points, amorcée par le 15e circuit de la saison de Jose Bautista a lancé les Jays sur le chemin de la victoire. L’attaque de 11 coups sûrs a aussi été ponctuée des circuits de Jose Reyes et de Dioner Navarro tandis que Chris Colabello a ajouté deux coups sûrs et deux points produits.

Hutchison a peiné dur au monticule alors qu’en cinq manches il a accordé neuf coups sûrs et deux buts sur balles sur 109 lancers, mais il n’a accordé que deux points. Osuna a préservé la victoire au cours des deux dernières manches, obtenant cinq retraits au bâton.

Mais le lendemain,  Chris Archer a muselé l’attaque de l’Unifolié, ne donnant que quatre coups sûrs en route vers son 9e gain de la saison, 4-3.

Seuls Navarro et Encarnacion ont réussi à percer l’armure d’Archer avec un circuit chacun.

R.A. Dickey aurait mérité un meilleur sort puisqu’en sept manches il a éparpillé huit coups sûrs et trois buts sur balles pour trois points et il a encaissé son 7e échec de la campagne.

Et lors du match décisif, Marco Estrada a brillé de tous ses feux pour une deuxième sortie d’affilée.

Estrada et son rival Nathan Karns ont rivalisé durant les cinq premières manches, ne donnant aucun coup sûr. Karns a été le premier à céder lorsque Kevin Pillar a réussi un simple après un retrait en sixième.

Estrada, qui a retiré les 22 premiers Rays, a vu son match parfait s’envoler sur un faible roulant au troisième but en 8e manche. Il a quitté en 9e après 129 lancers et sans décision, puisque c’était toujours 0-0.

Finalement, en début de 12e manche, Colabello a tranché en faveur des Jays avec son sixième circuit de la saison aux dépens de Brandon Gomes pour le seul point de la rencontre.

À la suite  de la journée de congé de jeudi, les Jays étaient de retour à domicile pour une série contre les Rangers du Texas.

Toujours très à l’aise contre les gauchers, les hommes de John Gibbons ont été sans pitié pour le partant Nick Martinez qu’ils ont matraqué de neuf coups sûrs, dont deux circuits, pour neuf points.

Encarnacion a sonné la charge avec son 7e grand chelem en carrière dès la première manche et Russell Martin a réussi une claque en solo (11e) à ses dépens. Encarnacion a ensuite frappé son 16e face à Ross Detwiler tandis que Danny Valencia e réussi son 4e contre le joueur de premier but Adam Rosales.

Mais, samedi, l’attaque si prolifique la veille s’est tue face à Yovani Gallardo alors que les Rangers les ont blanchis 4-0.

La troupe de John Gibbons a été impuissante à appuyer le jeune gaucher Matt Boyd qui faisait ses débuts dans les majeures, n’obtenant que trois coups sûrs. Gallardo a obtenu son 7e gain de la saison contre six revers.

Quant à Boyd, il a donné quatre points sur neuf coups sûrs , dont trois circuits, ceux de Mitch Moreland, Robinson Chirinos et Rougned Odor. Il n’a émis aucun but sur balles tout en inscrivant sept retraits au bâton en six manches et deux tiers sur la butte.

Donaldson, Encarnacion et Pillar ont réussi les trois simples des Jays.

Lors du dernier match, l’attaque n’a pas tonné davantage, mais juste assez pour permettre aux Jays de remporter les honneurs de la série grâce à un gain de 3-2.

Donaldson a sonné la charge avec son 18e circuit de la saison et les coups sûrs opportuns de Devon Travis et Reyes, une manche plus tard, ont suffi.

Drew Hutchison n’était pas au sommet de sa forme, mais il a signé sa 8e victoire en neuf décisions, ne donnant qu’un seul point non mérité en plus de six manches au monticule. Il a bien espacé  quatre coups sûrs et trois buts sur balles tout en éventant huit frappeurs.

Roberto Osuna a sauvegardé son deuxième match alors qu’il a retiré deux des cinq frappeurs qu’il a affrontés sur trois prises.

Avec les Red Sox qui s’amènent et qui sont au dernier rang de la division, il ne faudra certes pas pécher par excès de confiance…

-30-

S.O.S. relève

Dire que les Blue Jays auraient pu quitter Toronto à destination de Tampa Bay avec le sourire aux lèvres et une séquence de cinq gains, si seulement…

Si seulement la relève avait pu tenir le coup contre les Orioles.

Mais non, deux défaites amères subie en fin de match qui ont gaspillé des efforts offensifs qui auraient permis aux porte-couleurs de l’Unifolié de se présenter face aux Rays avec beaucoup de confiance, car le Tropicana Field n’est pas vraiment une terre hospitalière pour les Jays.

Les Blue Jays s’apprêtaient à écrire une nouvelle page de leur histoire… Jose Bautista avait claqué deux circuits et c’était l’égalité 2-2 en 11e manche et un ballon-sacrifice de Dioner Navarro leur avait donné les devants 3-2.

Mais,  après deux retraits Brett Cecil a été incapable de préserver l’avance et les Mets sont venus de l’arrière pour stopper leur poussée victorieuse l’emportant au compte de 4-3.

Ce qui confirme, une fois de plus, l’importance d’un spécialiste des fins de match chez les Jays.

La troupe de John  Gibbons ne peut, jour à près jour, se fier sur son attaque. Il faut, dans les matchs serrés, quelqu’un qui puisse se présenter au monticule et fermer les livres. Leur fiche de 6-13 dans les matchs décidés par un seul point en est une preuve irréfutable.

Et le lendemain, les Jays ont été incapables de solutionner les offrandes de Matt Harvey qui les a réduits au silence au cours des sept premières manches. Il les a limités à quatre coups sûrs et il menait par 3-2 lorsqu’il a cédé sa place aux releveurs des Mets.

Les Jays ont profité de l’entrée en scène de Carlos Perez pour s’approcher des Mets à 3-2, mais Bobby Parnell a obtenu les cinq derniers retraits pour sauvegarder la victoire des Mets et les Jays ont quitté New York avec deux défaites de suite.

Le retour à domicile a été célébré de digne façon avec une belle victoire de 8-0 face aux Mets. Fidèle à lui-même, Drew Hutchison a paru très à l’aise sur le monticule du Rogers Centre alors qu’il a blanchi les Mets sur quatre coups sûrs et un seul but sur balles en plus de cinq manches. Il a ainsi signé son 6e gain de la saison.

Un quatuor de releveurs a ensuite limité les Mets à deux coups sûrs pour préserver le jeu blanc.

En attaque, Chris Colabello a marqué le premier point et a produit le deuxième tandis que Kevin Pillar y est allé de trois coups sûrs, dont son 5e circuit et deux points produits. Ryan Goins a ajouté deux simples et obtenu deux buts sur balles.

Le bas de la formation avec Danny Valencia, Pillar et Goins, s’est rendu neuf fois sur les sentiers et Valencia s’est payé le luxe d’un circuit de trois points.

Les Jays ont complété le balayage de la courte série de deux matchs alors qu’ils ont malmené le vétéran Bartolo Colon pour  sept points sur neuf coups sûrs en moins de cinq manches au monticule. Il a subi son 5e revers, 7-1.

R.A. Dickey, malgré cinq buts sur balles et trois coups sûrs en sept manches et un tiers, n’a donné qu’un seul point et il a inscrit son 3e gain. Hendricks a été parfait par la suite.

Puis, Marco Estrada, qui avait un match sans point ni coup sûr après sept manches, a pu savourer son 5e gain de la campagne. Mais les Orioles n’ont pas baissé les bras et ils avaient le point égalisateur au troisième but quand Davis a été retiré sur trois prises face à Cecil qui, difficilement, a mérité son 5e sauvetage, 5-4.

Colabello et Encarnacion ont obtenu deux coups sûrs chacun et Encarnacion a produit deux autres points.

Les Jays ont ensuite raté une chance en or de s’assurer les honneurs de la série et de s’éloigner des Orioles quand, avec un compte égal de 2-2, ils ont rempli les buts aux dépens de Darren O’Day.

Et il n’y avait aucun retrait!

Sauf que le releveur des Orioles, malgré la frousse d’un grand chelem de Dioner Navarro, s’est tiré indemne de l’impasse en retirant Russell Martin, Navarro et Pillar sur trois prises.

Un coup sûr et un frappeur atteint en début de 9e manche ont ensuite permis aux Orioles de filer avec la victoire, 5-3, grâce aux coups sûrs opportuns de Caleb Joseph et de Manny Machado.

Même scénario ou presque, dimanche, quand l’attaque a effacé un déficit de 7-0 pour prendre les devants 9-7… seulement pour voir les Orioles rebondir et non seulement créer l’égalité 9-9 en 8e manche, mais inscrire quatre points en 9e , à nouveau aux dépens de Cecil pour se sauver avec la victoire 13-9.

Vivement de l’aide SVP…

-30-

Surtout, ne réveillez personne !

Les Blue Jays n’ont jamais ralenti l’allure en début de semaine et les succès qu’ils ont accumulés n’ont pas été l’œuvre de quelques joueurs, tout le monde a mis la main à la pâte.

Les frappeurs, évidemment, ont tenu le haut du pavé, mais la défensive a été très opportuniste tandis que les lanceurs partants et les releveurs, ont été à la hauteur de la situation.

Et voilà comment le rêve a débuté

Et de six!

Les Jays n’ont vraiment donné aucune chance aux Marlins de la Floride alors qu’ils ont envoyé 10 frappeurs au bâton dès la première manche et inscrit six points.

Le partant Marco Estrada limitait les Marlins à trois points sur sept coups sûrs, aucun but sur balles en sept manches au monticule et il a savouré son 3e gain de la saison.

L’attaque l’a appuyé de 11 coups sûrs et Josh Donaldson a donné le ton avec un circuit (16e), un double et trois points produits tandis que Kevin Pillar et  Danny Valencia ont ajouté deux coups sûrs et deux points produits chacun.

Chris Colabello, à l’aide d’un simple pour un point en première manche a frappé en lieu sûr pour un 18e match de suite.

Et de sept!

Les Jays avaient été limités à trois coups sûrs et tiraient de l’arrière 3-2 en fin de 9e manche quand, qui d’autre, Josh Donaldson a sonné le réveil. Un retrait plus tard, Edwin Encarnacion soulevait une offrande d’ A.J. Ramos loin dans les gradins pour transformer une imminente défaite en une victoire spectaculaire de 4-3 aux mains des Marlins.

La claque d’Encarnacion, qui effectuait un retour au jeu après deux jours de repos, a éclipsé les deux circuits de Giancarlo Stanton qui en a réussi trois dans cette série.

Mark Buehrle n’a pas été impliqué dans la décision, mais c’était 2-2 quand il a tiré sa révérence après six manches, ayant espacé huit coups sûrs et un seul but sur balles.

La recrue Roberto Osuna avait donné le deuxième circuit à Stanton.

Et de huit!

Grâce à Scott Copeland qui avait été rappelé de Buffalo pour donner un répit à Aaron Sanchez et à quatre circuits, les Jays ont complété le balayage des Marlins avec une victoire de 7-2, une 8e de suite pour l’Unifolié.

L’attaque a tonné encore une fois avec des longues balles de Justin Smoak, Russel Martin, Jose Reyes et, oui, de Josh Donaldson tandis que Copeland a neutralisé les Marlins sur six coups sûrs, aucun but sur balles, ne leur accordant qu’un seul point en sept manches sur la butte.

Encarnacion a aussi injecté deux coups sûrs.

Et de neuf!

Incroyable… mais vrai! Une poussée de neuf points en 7e manche a permis aux Blue Jays de renverser la vapeur pour arracher une victoire de 13-10 aux Red Sox de Boston…

Après que Drew Hutchison eût connu un début de match misérable en donnant cinq points aux Red Sox en 1ère manche avant d’accorder un circuit de trois points à Dustin Pedroia en troisième, les Jays ont retroussé les manches et marqué trois points en 5e pour s’approcher à quatre points des Red Sox.

Le fait le plus remarquable de la 7e manche, c’est que les Jays ont envoyé neuf frappeurs au bâton avant qu’un seul retrait ne soit inscrit et les neuf ont marqué!

Josh Donaldson a contribué trois coups sûrs tout comme Justin Smoak qui a produit trois points tout comme Russell Martin. Pillar et Goins ont ajouté deux coups sûrs chacun.

Et Hutchison a toujours un dossier de 5-1 bien qu’il ait donné  huit points sur neuf coups sûrs et trois buts sur balles en moins de trois manches au monticule.

Et de dix!

Cette fois, les Jays ont joué avec le feu… mais ne se sont pas brulés!

Ils ont laissé glisser entre leurs doigts une avance de 4-0 et ont dû patienter jusqu’en 11e manche avant de voir Russell Martin trancher le débat avec son 10e circuit de la saison pour donner à Aaron Loup un gain de 5-4.

Heureuse surprise, Brett Cecil s’est amené en relève en fin de 11e et a inscrit un 4e sauvetage cette saison, son deuxième en autant de jours, ce qui est assez rare cette saison puisque les Jays ne revendiquent que huit sauvetages en 2015.

Même si Liam Hendricks a rempli les buts en 8e manche, il s’est tiré d’impasse en faisant mordre la poussière à David Ortiz et Xander Bogaerts. Par la suite, Delabar, Loup et Cecil ont été impeccables.

Et de onze!

Les Jays ont complété le balayage des Red Sox alors qu’ils ont matraqué leurs hôtes de 16 coups sûrs vers un gain de 13-5, ce qui leur a permis d’égaler la plus longue séquence de succès de leur histoire, soit onze!

Des joueurs de soutien comme Ryan Goins (cinq points produits), Danny Valencia (deux points produits) ont bien appuyé Russell Martin (3 coups sûrs) de même que Chris Colabello et Jose Reyes.

Et maintenant, il faut s’attaquer aux Mets… sans ralentir l’allure!

-30-

Le réveil vient-il de sonner?

Avant le début de la dernière semaine, les Blue Jays semblaient faire du sur place, hésitant entre le 4e et le dernier rang de la division Est de l’Américaine. Et l’avenir ne semblait pas très rose alors que leurs prochains rivaux allaient être les Nationals de Washington, premiers dans l’Est de la Nationale et les Astros de Houston, qui affichaient le meilleur dossier de l’Américaine.

Mais voici que deux gains arrachés aux Nationals et trois autres aux Astros, permettent aux Jays d’aspirer à jouer pour ,500 bientôt et soudainement l’avenir semble moins sombre.

Après le match remis en raison de la pluie, lundi, le programme double contre les Nationals a mal débuté alors que les Jays ont été blanchis 2-0 par Jordan Zimmermann.

Le jeu blanc était le premier subi par les Jays cette saison.

La troupe de John Gibbons a raté sa seule chance de marquer lorsqu’en 7e manche, ils ont rempli les buts après un seul retrait, mais Russell Martin a frappé dans un double jeu pour étouffer la menace.

Dans cette manche, le gérant a utilisé Edwin Encarnacion comme frappeur à la place de Ryan Goins et Martin à la place de R.A. Dickey. Sur la même séquence, il a perdu Goins, Encarnacion et Martin puisque ce dernier est retourné sur le banc et que Josh Thole a continué d’agir comme receveur même si Dickey avait été retiré du match…

Toutefois, dans le deuxième match, Kevin Pillar a claqué deux longues balles aux dépens de  Max Scherzer et produit quatre points alors que les Jays ont rebondi pour l’emporter 7-3. Chris Colabello et Danny Valencia ont produit un point chacun tandis que Josh Donaldson a ajouté deux coups sûrs.

Liam Hendricks et Brett Cecil ont été impeccables en relève à Marco Estrada qui a savouré son deuxième gain de la saison.

Lors du 3e match, l’attaque des Jays a retrouvé tous ses moyens avec 13 coups sûrs alors que Mark Buehrle a lancé un deuxième match complet de suite.

Le vétéran gaucher a bien espacé six coups sûrs pour signer le jeu blanc, 8-0, son dixième en carrière. Buehrle a maintenant une séquence de 17 manches sans avoir accordé un seul point.

Les Jays ont marqué quatre points dès la première manche et n’.ont jamais été menacés par la suite. Jose Reyes a mené l’attaque avec trois coups sûrs et deux points produits tandis que Jose Bautista et Pillar ont ajouté deux coups sûrs chacun.

Retour à la maison

Les Jays ont célébré leur retour à domicile en infligeant une défaite de 6-2 aux Astros de Houston grâce à une poussée de cinq points en troisième manche.

Des circuits de deux points de Jose Reyes (son premier) et de Bautista (son 9e) ont facilité la tâche à Aaron Sanchez qui a signé son 5e gain de la campagne. Le jeune droitier a blanchi les Astros au cours des huit premières manches avant de donner deux points en fin de rencontre.

Sanchez, malgré deux coups sûrs, a affronté le minimun de 18 frappeurs au cours des six premières manches grâce à deux doubles jeux. Il a aussi obtenir 14 retraits via des roulants.

Chris Colabello a ajouté trois autres coups sûrs.

Et le lendemain, les Jays ont remporté une quatrième victoire de suite, cette fois 7-2, alors que Drew Hutchison a marché sur les traces de ses prédécesseurs, ne donnant qu’un seul point sur six coups sûrs en plus de six manches au monticule.

Kevin Pillar et Jose Reyes ont donné le ton à l’attaque avec deux coups sûrs  chacun tandis que Colabello a frappé en lieu sûr pour un 16e match de suite. Reyes a aussi volé trois buts.

Et, dans le dernier match, tout semblait perdu alors que les Astros avaient pris les devants 6-3 en7e manche avec une poussée de quatre points.

Jose Bautista a réduit l’avance des visiteurs à deux points avec son deuxième circuit du match en fin de 7e et les Jays ont retroussé leurs manches en fin de 9e avec Munenori Kawazaki comme premier frappeur.

Un double chanceux…un simple de Reyes… un jeu controversé sur un ballon de Bautista au 2e but… un double vol alors que Colabello, en quête d’un coup sûr pour un 17e de suite, tire de l’arrière face au meilleur releveur des Astros.

Mais, Colabello a étiré les bras et frappé un simple pour renverser la vapeur et les Jays ont inscrit un 5e gain de suite, 7-6!

Maintenant, il ne faut pas pécher par excès de confiance envers les Marlins qui s’amènent pour une série de trois matchs…

-30-

Le cauchemar des matchs serrés

Les Jays ont marqué le plus grand nombre de points dans les majeures… alors, comment expliquer qu’ils ont encaissé 12 échecs par la marge d’un seul point?

C’est simple… ils manquent d’opportunisme!

Comme exemple, au cours de la dernière semaine, ils n’ont obtenu que 13 coups sûrs avec 60 coureurs en position de marquer. Cela s’est traduit par un rendement de 3-3 en six matchs.

À domicile, les Jays ont réglé le cas des White Sox de Chicago dès la première manche alors qu’ils ont marqué quatre points grâce au simple opportun de Chris Colabello et au circuit de Justin Smoak, après deux retraits.

C’est tout ce dont Drew Hutchison avait besoin en route vers son premier jeu blanc et match complet de la saison, une solide performance  de seulement quatre coups sûrs, aucun but sur balles et hui retraits au bâton.

Jose Reyes a célébré son retour au jeu avec un double et un point marqué dès la première manche tandis que Josh Donaldson y est allé de son 10e circuit et il a croisé la plaque trois fois.

Hutchison a maintenant une fiche de 4-1 et sa moyenne de points mérités a baissé à 5,12. C’était son 2e jeu blanc en carrière.

Dans le deuxième affrontement, les Jays et les White Sox ont joué à qui perd gagne alors que l’avance a changé de main six fois… avant que Donaldson scelle l’issue de la rencontre avec son deuxième circuit de la soirée, une claque de trois points en fin de neuvième manche pour un gain de 10-9.

Jose Bautista a mis l’épaule à la roue avec trois coups sûrs et cinq points produits, ce qui a égalé son sommet en carrière. Mais le héros obscur du match a été Josh Thole avec trois coups sûrs dont celui qui a sonné la charge victorieuse en fin de neuvième manche.

Steve Delabar, le sixième lanceur des Jays, a hérité de la victoire.

Mais les Jays n’ont pu balayer la série alors qu’ils se sont inclinés au compte de 5-3 en prolongation… et ce malgré un autre circuit de Donaldson en fin de neuvième manche, une claque qui créait l’égalité 3-3.

Marco Estrada a permis aux White Sox de prendre les devants 3-1 au cours des sept premières manches, leur accordant trois points sur huit coups sûrs.

Mais c’est le jeune Roberto Osuna qui a encaissé la défaite lorsqu’il a donné deux points aux Sox en début de 10e manche.

Après la journée de relâche de jeudi, les Jays ont poursuivi leur magie de fin de match au Minnesota alors que Chris Colabello a canonné  son quatrième circuit de la saison, une claque de deux points pour vaincre son ancienne équipe de Twins au compte de 6-4.

Et Donaldson n’a pas dérougi avec un double et un circuit, son 14e, produisant trois points alors que Mark Buehrle a inscrit son sixième gain. Il a lancé un match complet, espaçant six coups sûrs, sans un seul but sur balles.

Mais le lendemain, le jeune Aaron Sanchez n’était pas au sommet de sa forme, accordant deux points sur sept coups sûrs et trois buts sur balles en six manches de travail.

Toutefois, la marque était égale 2-2 lorsqu’il a cédé sa place au releveur Aaron Loup qui a été accueilli par un simple et un triple pour son troisième revers de la campagne.

L’attaque des Jays a manqué d’opportunisme, n’obtenant aucun coup sûr en huit occasions alors qu’il y avait des coureurs en position de marquer. C’était leur 11e revers par un seul point cette saison.

Lors du dernier match contre les Twins, Jose Reyes a terni sa performance de trois coups sûrs en commettant une erreur et en exécutant une mauvaise course alors que les Jays ont encaissé un 12e revers par la marge d’un seul point, 6-5.

Donaldson a bien tenté de donner la victoire aux Jays avec son 15e circuit en septième manche, mais la relève, encore une fois, a été incapable de préserver l’avance. Et Osuna a encaissé son deuxième échec.

Dans les filiales

Si jamais les Jays réalisaient qu’ils avaient besoin d’aide au niveau du monticule, ils pourraient d’abord regarder du côté des Bisons de Buffalo.

Felix Dubront affiche un dossier de 0-0 en quatre départs avec une moyenne de points mérités de 0,82 tandis que Randy Wolf possède une fiche de 3-1 en neuf sorties et une moyenne de 1,95.

Par contre, au niveau AA, le jeune gaucher Matt Boyd, un colosse de 24 ans à 6’3’’ et 215 livres, qui domine avec un rendement de 4-1 et une moyenne de 1,23. Et ce qui impressionne davantage, c’est son ratio de seulement 15 buts sur balles et 60 retraits au bâton. En carrière, il a un dossier de 10-11, une moyenne de 2,59 avec seulement 52 buts sur balles et 230 retraits sur trois prises.

-30-

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.