Les Jays ont le don de se compliquer la vie…

La journée de repos de lundi n’a pas eu les effets bénéfiques espérés alors que les Blue Jays n’ont réussi que deux coups sûrs lors du premier match contre les Brewers à Milwaukee.

Et avec une attaque aussi anémique, comment espérer autre chose qu’un sixième revers en sept matchs, un échec de 6-1, quand le lanceur partant, J.A. Happ, permet à l’adversaire de prendre les devants 2-0 dès la première manche.

Les Brewers, meneurs dans la division Centrale de la Ligue Nationale, ont récolté pas moins de sept doubles parmi leurs 10 coups sûrs. Même qu’à un certain moment on aurait cru qu’ils jouaient à la chaise musicale, occupant tour à tour le deuxième coussin.

Les Jays continuent de perdre du terrain alors qu’ils affichent un rendement de quatre gains et 13 revers depuis le début du mois d’août et qu’ils n’ont gagné qu’un seul de leurs neuf derniers matchs à l’étranger. Et ils n’ont réussi que neuf circuits depuis le début du mois.

Et le gérant John Gibbons ne pouvait demander mieux qu’une explosion de neuf points grâce à 15 coups sûrs, dont deux circuits, pour que les Jays terminent leur pauvre voyage avec une deuxième victoire, soit de 9-5.

Bautista a canonné son 24e bon pour trois points et Colby Rasmus, son 16e pour deux autres.

R.A. Dickey a inscrit sa 10e victoire alors qu’il a donné trois points avant d’accorder un circuit de deux points à Carlos Gomez en sixième. Le quatuor de releveurs a par la suite blanchi les Brewers sur deux maigres coups sûrs.

Les Jays continuent de perdre du terrain alors qu’ils affichent un rendement de quatre gains et 13 revers depuis le début du mois d’août et qu’ils n’ont gagné qu’un seul de leurs neuf derniers matchs à l’étranger. Et ils n’ont réussi que neuf circuits depuis le début du mois.

Les Jays souhaitaient que ce réveil de l’attaque soit un présage de ce qui allait se passer lors du retour à domicile contre les Rays de Tampa Bay.

Mais ce fut loin d’être le retour souhaité.

Les Jays n’ont réussi que deux coups sûrs contre Drew Smyly, qui ressemblait à un David Price au sommet de sa forme, alors qu’il a signé un premier jeu blanc et premier match complet en carrière, un gain facile de 8-0. C’était, par ailleurs, le 17e jeu blanc des Rays cette saison et leur deuxième de suite.

Pour un deuxième départ de suite, Marcus Stroman n’a pas répondu à l’.appel  de son gérant, accordant cinq points sur 10 coups sûrs en cinq manches de travail.

Le lendemain, malgré le sabotage de Casey Janssen en neuvième manche, les Jays ont réussi à arracher la victoire aux Rays quand, avec deux prises contre lui, Colby Rasmus a surpris la défensive avec un amorti vers le troisième coussin et qu’après avoir vol;é le deuxième but, il a filé au marbre avec le point de la victoire, 5-4, sur le coup sûr opportun de Jose Reyes après deux retraits en dixième manche.

Toutefois, la victoire n’est pas encore officielle puisque les Rays ont logé un protêt à la suite d’une décision controversée de l’arbitre Bob Davidson en quatrième manche.

Et lord du dernier match de la série, les Jays ont raté une excellente chance de s’éloigner des Rays quand, tirant de l’arrière 2-1 en fin de dixième manche, ils ont profité des bévues des Rays pour placer deux coureurs sur les buts alors qu’il n’y avait aucun retrait.

Toutefois, l’impatience des deux frappeurs suivants, Reyes et Cabrera s’est traduite par deux retraits sur des premiers lancers, sans que les coureurs puissent bouger.

Et Nolan Reimold, inséré dans le match après l’expulsion  de Bautista en raison d’une protestation trop longue à la suite d’une troisième prise en sixième manche, a fendu l’air pour mettre fin au match.

Définitivement, un match que les Jays auraient dû gagner.

À compter de la semaine prochaine, le calendrier des Jays prévoit qu’ils disputeront 25 de leurs 32 derniers matchs contre leurs rivaux de la division Est, soit sept contre les Yankees et six contre les Orioles, les Red Sox et les Rays. Il y aura aussi trois matchs contre les Cubs et quatre contre les Mariners.

Ce qui semble être la seule lueur d’espoir des Jays, c’est qu’ils disputeront 19 de leurs 32 derniers matchs à domicile.

-30-

La prudence est de mise avec Stroman

Lors du début du voyage, les Jays et Drew Hutchison ont tenu le coup pendant cinq manches face aux Mariners et Felix Hernandez, mais tout s’est écroulé en sixième.
En quatrième manche, Jose Bautista leur a même donné les devants 1-0 avec son 23e circuit de la saison, mais les Mariners ont répliqué immédiatement avec une poussée de deux points.
Et en sixième, Hutchison a été accueilli par le 10e circuit de Robinson Cano et c’était le début de la fin. Il a été victime de six points sur sept coups sûrs et deux buts sur balles et Brad Mills, qui l’a relevé, n’a guère été plus efficace.
Le gaucher, rappelé d’urgence de Buffalo en raison d’un personnel de releveurs surtaxé de travail la veille, a été malmené pour cinq points sur trois coups sûrs et trois buts sur balles.
La seule bonne nouvelle de la journée : Adam Lind devrait être de la formation pour le deuxième match de la série tandis que Edwin Encarnacion se rapproche et on espérait le voir en uniforme vendredi à Chicago.
Le lendemain, l’arrivée d’Adam Lind n’a pas aidé à solutionner les problèmes offensifs des Jays qui n’ont obtenu qu’un seul coup sûr avec des coureurs en position de marquer dans une défaite de 6-3.
J.A. Happ n’a pas si mal fait, mais la pauvre attaque des Jays et une erreur de Colby Rasmus ont causé son septième revers en 15 décisions.
Comme la veille, les Jays ont pris les devants dès la première manche sur un double de Cabrera et il a fallu attendre la huitième avant qu’un sursaut d’énergie ne leur rapporte deux points.
Pour le troisième match, rien de neuf sous le soleil. Une solide performance de R.A. Dickey qui donne un circuit de deux points en première manche et ferme la porte par la suite, mais il a encaissé une défaite de 2-0.
Malgré les deux coups sûrs chacun de Jose Reyes et d’Adam Lind, l’attaque des Jays n’a rien fait dans les moments opportuns.
Isashi Iwakuma a inscrit sa 11e victoire de la saison, espaçant cinq coups sûrs et un seul but sur balles en plus de six manches sur la butte tandis que Fernando Rodney a enregistré son 35e sauvetage de la saison.
La léthargie de l’attaque des Jays est une sérieuse cause de souci.
Après la journée de relâche de jeudi, les Jays ont accueilli avec joie le retour au jeu d’Edwin Encarnacion… mais les réjouissances ont été le courte durée alors que le partant Marcus Stroman n’a pas franchi la première manche.
Les White Sox l’ont malmené pour cinq points en deux tiers de manches et bien que les Jays se soient rapprochés à 5-4 en deuxième, ils ont encaissé un quatrième revers de suite, 11-5.
Pendant que les White Sox obtenaient neuf coups sûrs avec des coureurs en position de marquer, les Jays n’en récoltaient que deux!
Ce match a par ailleurs fourni une preuve qui semble irréfutable.
Chaque fois que Stroman effectue plus de 100 lancers dans un match, il est malmené à son départ suivant. Le 4 juillet il a effectué 115 lancers et à son départ suivant il a donné cinq points sur huit coups sûrs en moins de quatre manches… le 29 juillet il a fait 115 lancers et à son prochain départ il a donné cinq points sur sept coups sûrs en trois manches… et le 9 août, il a fait 109 lancers et vendredi, il n’a pas complété la première manche!
Heureusement que samedi, la série de quatre revers a pris fin, mais cela n’a pas été facile.
Mark Buehrle a tenu le coup pendant les cinq premières manches et les Jays lui ont donné une priorité de 3-0. Mais en sixième, le vétéran a donné un point et a été remplacé alors qu’il n’y avait qu’un retrait et deux coureurs sur les sentiers.
Dustin McGowan l’a remplacé et a été incapable de préserver l’avance.
Mais Melky Cabrera et Jose Bautista ont redressé la barque en septième et grâce à une poussée de trois points, Casey Janssen a pu s’amener en neuvième et inscrire un 19e sauvetage dans la victoire de 6-3.
Mais lors du dernier match de la série, Drew Hutchison n’a donné aucune chance aux Jays en accordant, après deux retreaits, six points sur quatre coups sûrs, dont deux circuits, dès la première manche.
Les Jays ont bien tenté de remonter la pente, y compris un circuit d’Edwin Encarnacion, mais elle était trop abrupte.
Il est à souhaiter que la troupe de John Gibbons profite de la journée de relâche de lundi pour faire un bon examen de conscience… car comme l’a déjà dit Yogi Berra : « Il commence à se faire tard, de bonne heure » !

-30-

Comme le disait Yogi, ce n’est pas…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la dernière semaine a débuté sur une fausse note.
La descente aux enfers des Blues Jays s’est accentuée lors du premier match de la série contre les Orioles, alors qu’ils ont encaissé un revers de 9 à 3, et ce malgré une attaque de 12 coups sûrs.
Toutefois, seulement deux de ces coups sûrs ont été réussis avec des coureurs en position de marquer, notamment le 15e circuit de Colby Rasmus.
Le vétéran Mark Buehrle n’a pas été à la hauteur de la situation alors que les Orioles l’ont malmené pour quatre points sur 10 coups sûrs et trois buts sur balles en seulement quatre manches au monticule. Beaucoup trop de circulation sur les sentiers pour espérer une victoire.
De plus, le retour au jeu tant attendu de Brett Lawrie a été de courte durée car à la suite d’un simple à sa première présence au bâton, il a dû le retirer du match en raison d’un malaise au dos.
Le lendemain, Drew Hutchison a fait taire ses détracteurs en signant un chef-d’œuvre d’un seul coup sûr en huit manches et deux tiers pour un gain de 5-1, sa huitième victoire de la saison.
Après avoir donné un circuit en solo à Chris Davis en 2e manche, le jeune droitier a retiré, dans l’ordre, les 22 frappeurs suivants avant d’accorder un but sur balles et de céder sa place à Casey Janssen.
En attaque, Jose Bautista a canonné son 22e circuit en plus de deux autres coups sûrs et a produit trois points tandis que Melky Cabrera a ajouté trois coups sûrs et marqué deux points.
Et le jeudi, la journée a bien mal débuté alors que les Jays ont dû réinscrire le nom de Brett Lawrie sur la liste des blessés pour 15 jours.
Et comme si cela n’allait pas assez mal, Melky Cabrera a été atteint au coude droit par un lancer de Miguel Gonzalez en première manche et il a dû quitter le match.
Et pour finir le plat, les Jays ont plié l’échine, 2-1, malgré la très solide performance de J.A. Happ, qui a inscrit 12 retraits au bâton, un sommet personnel. Toutefois, il a eu le malheur de servir un circuit de deux points à Caleb Joseph tandis que le circuit de Anthony Gose était en solo.
Bonne nouvelle pour le lendemain alors que Cabrera était de retour dans la formation partante… sauf que les choses se sont gâtées en fin de rencontre. Le toujours très fiable Casey Janssen s’est amené sur la butte avec une priorité de 4-2, mais il a concédé un circuit de deux points à Nick Castellanos et un autre en solo à Eugenio Suarez, Les Tigers l’emportaient 5-4 alors que Janssen sabotait une avance pour la troisième fois cette saison et seulement la cinquième depuis 2013.
De plus les Jays ont laissé les buts remplis en fin de neuvième manche lorsque Josh Thole a été retiré sur un faible ballon, pour le dernier retrait.
Mais les Jays ont pris leur revanche dans le deuxième match, alors qu’ils ont réussi ce qu’ils n’avaient pas réussi à faire en 51 occasions du genre auparavant, soit d’arracher la victoire à l’adversaire alors qu’ils tiraient de l’arrière après huit manches.
Dioner Navarro a créé l’égalité 2-2 en fin de neuvième manche et les nouveaux venus Danny Valencia et Nolan Reimhold ont donné la victoire aux Jays avec un simple et un long double en fin de 10e manche, pour l’emporter 3-2.
Mais le lendemain, les Jays ont appris une fois de plus qu’il n’est pas bon de faire cadeau de trois points à un lanceur comme David Price, qui s’amène avec un dossier de 7-0 au Rogers Centre et de 15-2 en carrière contre eux. Une erreur de Jose Reyes a coûté trois points à Mark Buehrle dès la première manche.
Mais comme Yogi l’a dit : Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas terminé!
Bien que tirant de l’arrière par 5-0, les Jays n’ont pas baissé les bras et 18 manches plus tard, un long simple de Jose Bautista, tenu en échec jusque-là, leur a procuré un gain de 6-5 dans ce marathon de 19 manches, le plus long match de l’histoire de Torontois.
La victoire a été inscrite au dossier de Chad Jenkins, qui a été superbe en relève durant les sept dernières manches.
La seule fausse note, c’est que les Jays ont mis le cap vers Seattle avec un personnel de releveurs qui a été surtaxé de travail.
C’est une autre semaine des plus importantes qui s’amorce, alors qu’après la série de trois matchs à Seattle, il y aura une journée de relâche avant trois matchs avec les White Sox à Chicago, une autre journée de congé, et deux matchs à Milwaukee face aux Brewers.
-30-

Un voyage qui finit en queue de poisson

Et dire que le voyage avait si bien commencé…
Une fiche de cinq victoires et une seule défaite avant de se présenter à Houston où une série de quatre matchs les attendaient face à l’équipe qui présentait la pire fiche du circuit.
Mais après avoir inscrit une sixième victoire de suite lors du premier match de cette série, les Jays ont encaissé trois revers de suite, un dénouement aussi inattendu que désastreux.
Après avoir arraché deux victoires aux Yankees, les Jays ont balayé les Red Sox pour, à la fois, s’approcher des Orioles et s’éloigner des Yankees.
D’abord, ils ont vengé leur cuisant revers de 14-1 en humiliant les Red Sox 14-1 à leur tour, alors que Melky Cabrera a mené l’attaque des Jays avec deux circuits, un de chaque côté du marbre et cinq points produits tandis que le jeune Ryan Goins a ajouté quatre coups sûrs et quatre points produits.
Le vétéran R.A. Dickey a finalement été solidement appuyé en attaque et il a muselé les Bostonnais sur trois coups sûrs et un but sur balles tout en inscrivant 10 retraits au bâton. Il a ainsi savouré sa neuvième victoire de la saison.
Les Jays ont à peine ralenti le lendemain alors qu’à l’aide de 12 coups sûrs, ils ont bien appuyé le jeune Marcus Stroman en route vers sa septième victoire, un gain de 4-2, qui a toutefois nécessité 115 lancers.
Colby Rasmus, avec son 14e circuit, a récolté deux coups sûrs tout comme Anthony Gose qui a produit deux points. Jose Reyes et Juan Francisco ont aussi obtenu deux coups sûrs.
Casey Janssen, malgré un circuit en solo de Xander Bogaerts, a récolté son 17e sauvetage.
Les Jays ont complété le balayage, profitant du fait que les joueurs des Sox n’avaient pas vraiment le cœur à l’ouvrage alors que les rumeurs de transactions flottaient à Boston. Mark Buehrle a finalement inscrit son 11e gain de la saison, 6-1, alors qu’il n’a accordé que six coups sûrs et un seul but sur balles en six manches et deux tiers.
Les sentiments de frustration étaient présents avant le début du premier match à Houston puisque les Jays avaient été blanchis au chapitre des transactions, tandis que les Yankees et les Rays avaient trouvé le moyen d’obtenir des renforts.
Mais les Jays ont retroussé les manches, claqué quatre circuits et inscrit une sixième victoire de suite, 6-5, face aux Astros, s’approchant ainsi à un match et demi des Orioles et du premier rang de l’Est.
Malgré la contre-performance de Drew Hutchison, victime de quatre points sur six coups sûrs en raison de ses tirs trop hauts, la relève a été à la hauteur de la situation et Aaron Sanchez a enregistré sa deuxième victoire tandis que Janssen a signé son 18e sauvetage.
Le frappeur de choix Nolan Reimhold, utilisé à la place de Colby Rasmus, cloué sur le banc en début de rencontre, a claqué deux longues balles tandis que Bautista et Navarro ont réussi les autres. Danny Valencia et Jose Reyes ont ajouté deux coups sûrs chacun.
Lors du 2e match, les Jays ont raté une occasion en or de s’éloigner des Yankees, vaincus par les Red Sox, alors qu’en deuxième manche, ils ont bousillé la chance de sortir les Astros du match.
Par suite d’un simple de Rasmus et d’un double de Valencia, les Jays n’ont pu ajouter à leur avance de 1-0 lorsque les trois frappeurs suivants n’ont pu faire mieux qu’un faible ballon, un retrait au bâton et une flèche au voltigeur de droite.
J.A. Happ a limité les Astros à un seul point sur trois coups sûrs en sept manches de travail, mais lorsque Aaron Loup a été accueilli par Gregorio Petit avec son premier circuit en carrière, les Jays devaient s’incliner, 3-1.
Lors du troisième match, les Astros ont malmené Buehrle et Brett Cecil tandis que l’attaque des Jays s’est tue après la troisième manche, n’obtenant aucun coup sûr au cours des cinq dernières.
Buehrle a donné cinq points sur neuf coups sûrs en sept manches tandis que Cecil n’a retiré aucun des trois frappeurs auxquels il a fait face, accordant des circuits à Jason Castro et Jon Singleton.
Finalement, le jeune Stroman a bien commencé le match, mais après avoir donné deux points en troisième, il a en accordé trois autres en quatrième et les Astros menaient par 5-1.
Donc, les Jays ont pris l’avion avec trois revers de suite et après une journée de relâche, ils entameront ce qui est, à ce moment-ci de la saison, leur plus important séjour à domicile avec la visite des Orioles, pour trois matchs et des Tigers, pour trois autres.
-30-

Les Jays sont-ils de retour?

Le menu de la semaine s’annonçait fort intéressant avec quatre matchs contre les Red Sox, à domicile, et ensuite trois contre les Yankees à New York.
Mais disons que le premier repas a été pour le moins indigeste, alors que la troupe de John Farrell a humilié les Blue Jays au compte de 14-1.
Les Red Sox n’ont laissé aucune équivoque quant à l’issue du match alors qu’ils ont malmené Drew Hutchison pour six points en moins de trois manches avant d’en ajouter huit autres aux dépens du nouveau venu Brad Mills.
La décision de désigner le releveur Sergio Santos pour assignation n’a surpris personne puisque le grand droitier éprouvait toutes les misères du monde à retirer les frappeurs avec régularité. Puisqu’il n’a pas été repêché, il tentera de relacer sa carrière à Buffalo.
Le lendemain, les Jays ont refroidi les ardeurs des Red Sox en se vengeant, 7-3.
J.A. Happ a réduit les frappeurs des Sox au silence en espaçant sept coups sûrs et un seul but sur balles au cours des six premières manches. Il menait par 4-0 lors qu’il a tiré sa révérence.
L’attaque des Jays a explosé avec 13 coups sûrs, dont huit aux dépens du partant Jake Peavy. Jose Reyes et Melky Cabrera (encore lui!) ont obtenu trois coups sûrs chacun tandis que Jose Bautista, Dioner Navarro et Anthony Gose en ont ajouté deux chacun. Reyes et Navarro ont claqué un circuit chacun et ont produit deux points tout comme Cabrera.
McGowan a été solide en relève tandis que Casey Janssen, pas encore rétabli du virus qui a sapé ses énergies, a donné un circuit de deux points à Stephen Drew en neuvième manche avant de céder sa place à Brett Cecil qui a inscrit son quatrième sauvetage de la saison.
Lors du troisième match, malgré un début difficile, R.A. Dickey a pu savourer sa huitième victoire de la saison, un gain de 6-4.
Dickey a donné un circuit de trois points à David Ortiz en première manche, mais un seul point par la suite avant de céder sa place au jeune Aaron Sanchez.
Ce dernier a connu un début parfait en retirant les six frappeurs auxquels il a fait face, sa balle rapide atteignant 99 milles à l’heure!
Bautista a claqué son 18e circuit de la saison et produit deux points tandis que Josh Thole a secoué sa léthargie offensive avec deux coups sûrs et un point produit. Ryan Goins a cogné son premier triple en carrière et produit un point.
Casey Janssen, en meilleure forme, a signé son 15e sauvetage.
Les Jays ont gagné les honneurs de la série lorsque Marcus Stroman a limité les Red Sox à un seul coup sûr au cours des sept premières manches et que Juan Francisco est venu à un double près de réussir un carrousel, en route vers un gain facile de 8-0.
Melky Cabrera y est allé de trois coups sûrs, trois doubles, pour ajouter deux points produits tandis que Navarro et Goins ont ajouté deux coups sûrs chacun.
Et les Jays ont complété leur séjour à domicile avec un dossier de 5-2.
Les malheurs des Jays dans le Bronx se sont poursuivis malgré deux circuits et quatre points produits de Jose Bautista lors du premier match contre les Yankees.
Les Jays ont encaissé un 17e revers de suite sur cette terre inhospitalière alors que Mark Buehrle a subi une 12e défaite en 13 décisions face aux Yankees.
Il a été incapable de conserver des avances de 2-0 et 4-2 lorsqu’il a concédé quatre points suite au circuit en solo de Carlo Beltran et à la claque de trois points d’Ichiro Suzuki en troisième manche.
Et les Jays ont glissé au troisième rang.
Samedi, le cauchemar a pris fin… mais cela n’a pas été de tout repos. Car après que Dan Johnson eût donné les devants 6-2 aux Jays avec une claque de trois points en début de neuvième manche, les Yankees ont répliqué avec un circuit de deux points de Carlos Beltran aux dépens de Casey Janssen.
Toutefois, quand Chase Headley a frappé un faible ballon à Jose Reyes pour le dernier retrait, les Jays savouraient un premier gain, 6-4, dans le Bronx, après 17 revers d’affilée.
Drew Hutchison a offert sa meilleure prestation depuis plusieurs semaines et il a signé sa septième victoire de la saison, permettant aux Jays de rejoindre les Yankees au 2e rang de l’Est.
Et les Jays ont quitté le Bronx avec deux victoires quand Jose Bautista a profité un moment d’inattention de David Robertson pour voler le deuxième but en neuvième manche et qu’il a filé au marbre sur le simple opportun de Navarro pour un gain de 5-4.
Le jeune Aaron Sanchez a pu savourer sa première victoire dans les majeures même s’il a donné son premier point et Janssen a inscrit son 16e sauvetage.
Et les Jays ont repris, seuls, possession du deuxième rang de l’Est.
-30-

45 ans plus tard, une première!

Si je vous disais que pour la première fois, en 45 ans, j’ai assisté à un match de saison régulière du baseball majeur, assis dans les estrades, vous me croiriez?
C’est pourtant très vrai, car en fin de semaine dernière, ma conjointe Corrie et moi avons pris le train à destination de Toronto et nous avons assisté, en simples spectateurs, à deux des trois matches que les Jays ont disputés aux Rangers du Texas, samedi et dimanche dernier.
Ai-je aimé l’expérience?
J’ai surtout apprécié être aux côtés de Corrie… écouté les commentaires des gens autour de nous… dégusté une bonne bière avec un baseball steak… et rencontré des gens Montréal et discuté avec eux après le match…
Mais c’était tellement différent que d’être dans un studio de diffusion, avec des collègues et d’avoir pu me rendre dans le vestiaire ou encore sur le terrain pour renouer avec les joueurs et instructeurs des Jays ou encore des Rangers.
Plus cela change… plus c’est pareil!
Si l’on croyait que la pause du match des étoiles allait permettre aux Blue Jays de se ressaisir et de se défaire des mauvaises habitudes contractées dans les dernières semaines, la reprise des activités n’en a pas donné la preuve.
Vrai que, vendredi, les Jays avaient un formidable adversaire en Yu Darvish, des Rangers, au monticule, mais il n’en reste que pas moins que la troupe de John Gibbons a encore manqué d’opportunisme alors qu’en dix occasions elle n’a obtenu aucun coup sûr avec des coureurs en position de marquer.
R.A. Dickey a tenu le coup pendant les cinq premières manches, ne donnant que deux points dont un circuit en solo d’Adrian Beltre. Mais le coup de l’assommoir lui a été asséné par l’ancien receveur des Jays, J.P. Arencibia, qui a assuré la victoire des siens, avec son deuxième circuit de la saison, une claque de trois points, en début de septième manche.

Et le vétéran droitier a encaissé son 10e revers de la saison.
Pendant ce temps, le lanceur Japonais a retiré 12 frappeurs au bâton en moins de sept manches.
Du côté de l’attaque des Jays, Colby Rasmus leur a évité l’humiliation d’un jeu blanc avec son 13e circuit de la saison, une claque en solo. Rasmus et Munenori Kawasaki ont été les seuls avec deux coups sûrs. Toujours privés du trio de Brett Lawrie, Edwin Encarnacion et Adam Lind, les Jays venaient d’encaisser un neuvième revers dans leurs 11 derniers matchs.
Et les Jays se sont retrouvés en troisième place sur un pied d’égalité avec les Yankees.
Le lendemain, ils ont mieux appuyé Marcus Stroman, qui a signé sa cinquième victoire, un gain de 4-1. En sept manches, le jeune droitier a bien espacé quatre coups sûrs, n’a donné aucun but sur balles et a retiré cinq frappeurs sur trois prises.
Melky Cabrera y est allé de trois coups sûrs tandis que Colby Rasmus en a ajouté deux et Dan Johnson a produit deux points.
Cependant, les releveurs Brett Cecil et Dustin McGowan ont failli tout gâcher en huitième manche, alors qu’ils ont rempli les buts, mais les dégâts ont été limités à un point lorsque McGowan a fait mordre la poussière à Jake Smolinski.
Les Jays ont remporté les honneurs de la série, triomphant des Rangers, 9-6, lors du match décisif, mais ce ne fut pas facile.
Menant par 5-2 en sixième, Marc Buehrle a connu des difficultés et les Rangers en ont profité pour créer l’égalité 5-2.
Toutefois, Melky Cabrera les a relancés en avant avec son 12e circuit de la saison et les Jays ont ajouté trois points en fin de huitième manche. Ils en avaient besoin puisque les Rangers ont répliqué avec un point en début de neuvième et ils avaient deux coureurs sur les sentiers quand Loup a inscrit son deuxième sauvetage d’affilée, forçant Arencibia à frapper un faible ballon.

Pour un deuxième match de suite, Cabrera a mené l’attaque avec trois coups sûrs tandis que Reyes, Kawasaki, Navarro, Johnson et Gose en ont ajouté deux chacun.
C’est Todd Redmond qui a hérité de la victoire, sa première de la saison, alors que Buehrle a donné cinq points sur huit coups sûrs et trois buts sur balles et n’a pas été impliqué dans la décision.
-30-

La descente aux enfers…

Au moment où j’allais me dire que la situation des Jays ne pouvait empirer, voici qu’Adam Lind va retrouver Brett Lawrie et Edwin Encarnacion sur la liste des blessés et que ce trio ne pourra, vraisemblablement pas renouer avec la compétition avant la fin du mois…
Entre-temps, les problèmes offensifs des Jays s’étaient poursuivis à Anaheim alors qu’ils avaient encaissé un cinquième revers de suite, cette fois au compte de 5-2, aux mains des Angels.
J.A. Happ a tenu son bout au cours des quatre premières manches, mais il a flanché en cinquième après que les Jays eurent pris les devants 2-1 grâce au 14e circuit de Juan Francisco.
Un double, deux buts sur balles et deux autres coups sûrs en plus d’un ballon-sacrifice ont transformé l’avance des Jays en un déficit de 4-2.
L’attaque pourtant redoutable des Jays n’a produit plus de deux points au cours de chacun des cinq derniers matchs et affiche un piètre rendement de 0-en-21 avec des coureurs en position de marquer.
Lors du deuxième match, les Jays ont finalement trouvé une solution aux lanceurs gauchers avec une attaque de 14 coups sûrs, dont 11 contre le partant Tyler Skaggs alors qu’ils ont mis fin à leur séquence de cinq revers avec un gain de 4-0.
Il fallait qu’un vétéran se lève et Jose Reyes l’a fait avec ses quatre coups sûrs et trois points produits tandis que le nouveau venu Nolan Reimold a récolté ses deux premiers coups sûrs dans son nouvel uniforme.
R.A. Dickey a renoué avec la victoire suite à sept excellentes manches, limitant la grosse machine des Angels à quatre coups sûrs et un seul but sur balles.

Lors du dernier match de la série, les Jays ont laissé filer une avance de 6-3 pour finalement s’incliner au compte de 8-7. Un match qu’ils se devaient de remporter.
L’attaque venait de renverser l’avance de 3-1 des Angels avec une poussée de cinq points en début de quatrième manche, quand Marcus Stroman a été incapable de conserver cette priorité, donnant trois points, dont deux sur un circuit de Cole Calhoun, et c’était l’égalité 6-6.
Même si les Jays ont repris les devants en sixième, le 512e circuit d’Albert Pujols aux dépens d’Aaron Loup, a fait la différence. C’était le premier circuit accordé par Loup cette saison.
La pire nouvelle est tombée après le match quand on a annoncé qu’Adam Lind souffrait d’une fracture du pied droit et qu’il serait absent pour une période de six à huit semaines. Disons qu’on aurait pu trouver mieux pour remonter le moral des troupes!
Le weekend s’est amorcé avec une belle victoire de 8-5 aux dépens des Rays, mais le match a bien failli tourner au vinaigre.
Menant par 5-2 en fin de septième manche, Dustin McGowan a saboté cette avance en donnant un circuit de trois points à Sean Rodriguez. Il n’a retiré aucun des trois frappeurs auxquels il a fait face.
Un simple bon pour deux points de Steve Tolleson et un simple bon pour un point de Jose Bautista ont rompu l’égalité en début de neuvième manche et donné la victoire à Aaron Loup, victoire préservée par Casey Janssen.
La seule ombre au tableau : Munenori Kawasaki a quitté le match en raison d’une blessure à la jambe et Nolan Reimhold s’est aussi retrouvé sur la liste des blessés.
Samedi, une explosion de six points en sixième manche a lancé les Rays sur le chemin d’une victoire facile, 10-3, alors que les Jays n’.ont pu profiter de l’absence de David Price, incommodé.

Drew Hutchison a manqué d’essence alors qu’il a été malmené pour six points sur six coups sûrs et cinq buts sur balles. Il a encaissé son huitième échec.
Et le rideau est tombé sur la première tranche du calendrier alors que Price, remis de son malaise de la veille, a inscrit sa 15e victoire en carrière contre les Jays, les blanchissant 3-0 sur cinq coups sûrs et un but sur balles.
Le 6 juin dernier, les Jays détenaient une avance de six matchs au sommet de la division Est… mais depuis lors, un rendement de 11-23 les a fait glisser au deuxième rang.
Ce qui s’explique en partie, par un rendement de 55-en-265 ,208 avec des coureurs en position de marquer… les blessures à des joueurs-clés comme Edwin Encarnacion, Brett Lawrie et Adam Lind… et il faudrait plus de stabilité au champ extérieur alors que 10 joueurs différents ont évolué, soit Reimold joins Bautista, Melky Cabrera, Colby Rasmus, Moises Sierra, Anthony Gose, Kevin Pillar, Darin Mastroianni, Encarnacion and Steve Tolleson.
-30-

Vivement le match des étoiles!

La façon dont le mois de juin a pris fin et le mois juillet a débuté, les Blue Jays doivent avoir hâte que la pause du match des étoiles arrive pour qu’ils puissent se regrouper en vue du dernier droit de la saison.

Depuis la fin du mois de mai, les Jays ont une fiche de 15-20, ont glissé su deuxième rang de l’Est et les Yankees les talonnent dangereusement.

Pourtant, Drew Hutchinson avait célébré la Fête du Canada dignement alors qu’il a secoué la guigne qui s’acharnait contre lui au Rogers Centre avec une magnifique performance de sept manches, les cinq premières parfaites, alors que les Jays ont repris le sentier de la victoire avec un gain de 4-1 contre les meneurs de la division Centrale, les Brewers de Milwaukee.

Auteur d’une MPM de 8,13 à domicile comparativement à une MPM de 2,23 à l’étranger, Hutchison n’a donné qu’un seul point sur trois coups sûrs, deux buts sur balles et 10 retraits au bâton, inscrivant son sixième gain de la saison.

Autre nouvelle réjouissante, Jose Bautista a célébré son retour dans la formation en claquant un circuit, son 16e, à sa première visite au bâton et Colby Rasmus a jouté son 12e en cinquième manche.

Casey Janssen a enregistré son 13e sauvetage.

Les Jays ont complété le balayage de la courte série de deux matchs contre les Brewers alors qu’Edwin Encarnacion a réglé leur cas avec son 26e circuit, une claque de trois points après deux retraits en fin de neuvième manche pour une victoire de 7-4.

J.A. Happ a survécu à une troisième manche difficile et bien qu’il n’ait pas été impliqué dans la décision, il a donné sept très bonnes manches à son gérant, accordant trois points sur six coups sûrs, aucun but sur balles et quatre retraits au bâton.

Juan Francisco a ajouté son 13e circuit, bon pour deux points, et Bautista, son 17e en solo, tandis que Casey Janssen a lancé une manche parfaite en neuvième pour récolter son troisième gain de la saison.

Mais le voyage sur la Côte Ouest a mal débuté et ce malgré une solide performance de R.A. Dickey qui devait encaisser un 8e revers, 4-1, contre les A’s d’Oakland.

Dickey a lancé un match complet, accordant quatre points sur six coups sûrs et trois buts sur balles en 124 lancers.

Il a connu une manche difficile, en troisième, alors qu’il s’est retourné au monticule à la suite d’un délai de 24 minutes. Cela lui a coûté trois points.

Et pour la première fois en six semaines, les Jays avaient un colocataire en première place dans l’Est : les Orioles.

Les problèmes des Jays face aux lanceurs gauchers sont devenus encore plus apparents lors du deuxième match de la série, alors que malgré neuf coups sûrs, contre seulement cinq, ils se sont inclinés 1-0 en 12 manches.

Collectivement, les Jays affichent une moyenne offensive de ,229 avec 30 circuits et 85 points produits contre les lanceurs gauchers, comparativement à un rendement de ,267 avec 84 circuits et 303 points produits contre les droitiers.

Dommage pour Marcus Stroman qui a affiché une autre solide performance, ne donnant aucun point sur seulement trois coups sûrs en sept manches.

L’attaque a manqué totalement d’opportunisme, n’obtenant aucun coup sûr en huit occasions alors qu’il y avait des coureurs en position de marquer.

Pour les A’s, la poussée victorieuse s’est amorcée avec un but sur balles et deux retraits plus tard, Melky Cabrera n’a pu maîtriser la balle frappée par Nick Punto et son erreur a coûté le match.

Le lendemain, rien de neuf sous le soleil, alors que malgré un autre très bon départ, Mark Buehrle a encaissé une autre défaite, 5-1,sa sixième. Comme ce fut le cas pour plusieurs de ses collègues du monticule, il a été abandonné par les frappeurs qui n’ont récolté qu’un seul point et cinq coups sûrs.

En cinq occasions, les Jays n’ont récolté aucun coup sûrs avec des coureurs en position de marquer. Voilà une rengaine qu’on est tanné d’entendre.

Une défaite d’autant plus coûteuse qu’Edwin Encarnacion a dû quitter le match en première manche, victime d’une blessure à la jambe en courant vers le premier but pour éviter un double jeu et produire son 70e point de la saison.

Finalement, les A’s ont complété le balayale de la série de quatre matchs alors qu’ils ont envoyé au monticule Jeff Samardzija, l’ancien des Cubs que les Jays et plusieurs autres équipes convoitaient, mais que leur a échappé.

Le grand droitier a signé son premier gain dans la ligue Américaine, espaçant quatre coups sûrs et un but sur balles en sept manches, limitant les Jays à un seul point.

À l’image de Buerhle, Drew Hutchison a offert une prestation qui méritait mieux que sa septième défaite. En cinq manches et deux tiers, il n’avait donné que trois points.

Les Jays ont plié bagage vers Los Angeles au terme d’une autre défaite, 4-2.

-30-

Une semaine en dents de scie

Lorsqu’une équipe est privée de deux de ses meilleurs éléments offensifs et qu’un de ses releveurs est incapable de préserver une avance, deux fois, sans retirer un seul frappeur, sommes-nous en droit d’espérer de meilleurs résultats?

C’est ce qui est arrivé la semaine dernière alors que les Jays ne pouvaient compter sur Brett Lawrie et Jose Bautista et que Dustin McGowan a gaspillé les solides performances de Mark Buehrle et Marcus Stroman.

Les Jays ont emprunté une page du script des Reds de Cincinnati et à leur retour à domicile, ils ont marqué sept points au cours des deux premières manches pour vaincre les Yankees, 8-3.

Autant les Reds avaient utilisé cette recette à profit, autant les Jays ont malmené le partant des Yankees, Chase Whitley, pour huit points sur onze coups sûrs au cours des trois premières manches. Ils n’ont jamais été menacés par la suite.

Fort de cette avance, le jeune Marcus Stroman a constamment défié l’adversaire, prenant plus souvent qu’autrement les devants avec une première prise en retrour vers son quatrième gain. Il n’a donné qu’un seul point, un circuit en solo à Mark Teixeira, sur trois coups sûrs, un seul but sur balles et sept retraits au bâton en huit manches.

Adam Lind, qui frappait au troisième rang en l’absence de Jose Bautista, l’a remplacé adéquatement avec un simple et un circuit, produit quatre points. Melky Cabrera, Anthony Gose et Dioner Navarro ont ajouté deux coups sûrs chacun.

Le lendemain, les Jays ont joué avec le feu mais… ne se sont pas brûlés!

Mark Buehrle, qui n’a battu les Yankees qu’une seule fois en carrière, semblait filer vers sa 11e victoire de la saison quand tout s’est effondré en septième manche. Il menait par 6-2 après deux retraits quand il a remis la balle à son gérant, qui l’a donné à Dustin McGowan.

McGowan n’a retiré aucun des trois frappeurs qu’il a affrontés et deux erreurs de Cabrera et Reyes ont saboté la situation alors que les Yankees ont créé l’égalité 6-6.

Heureusement, Reyes s’est racheté en amorçant la neuvième avec un double et quand le relais de Yangervis Solarte, sur l’amorti de Cabrera, s’est retrouvé au champ droit, Reyes a filé au marbre avec le point de la victoire, 7-6.

Les Jays auraient bien voulu balayer les Yankees, mais le jeune Drew Hutchison n’a pu secouer la guigne qui s’acharne contre lui au Rogers Centre, alors qu’il a été victime d’une poussée de quatre points en troisième manche.

Les Yankees l’ont emporté au compte de 5-3.

Un sixième échec pour le droitier qui a été touché pour sept coups sûrs, dont un circuit de deux points de Mark Teixeira. Il a aussi donné deux buts sur balles en six manches de travail.

Lors du premier match de la série contre les White Sox de Chicago, on a retrouvé au monticule le J.A. Happ que l’on voudrait voir plus souvent. Celui qui défie le frappeur, prend les devants avec son premier lancer et donne peu de buts sur balles.

Happ a muselé les Sox durant plus de sept manches, sur quatre coups sûrs, deux buts sur balles et huit retraits au bâton pour inscrire sa septième victoire de la saison.

Pour un deuxième match de suite, Reyes a été la bougie d’allumage de l’attaque. Aux trois coups sûrs de la veille, il en a ajouté quatre et Lind a produit trois autres points à l’aide de trois coups sûrs.

Si lors du deuxième match, je vous disais que R.A. Dickey a lancé six manches et qu’il a limité les White Sox à cinq coups sûrs, vous pourriez dire que le vétéran a effectué une bonne sortie. Mais si j’ajoutais que quatre de ces cinq coups sûrs étaient des circuits…OUPS, ce serait moins bon.

Les Jays et les White Sox se sont échangé les longues balles : Edwin Encarnacion (25e), Dioner Navarro (5e) et Colby Rasmus (11e) pour les Jays tandis que Jose Abreu (24e et 25e), Dayan Viciedo (7e) et Alexei Ramirez (8e) ont répliqué pour les visiteurs.

Le lendemain, Marcus Stroman lançait un superbe match, menant 2-0, n’ayant accordé aucun point sur deux coups sûrs, deux buts sur balles et six retraits au bâton en plus de six manches quand il a cédé sa place à Dustin McGowan après deux retraits et avec deux coureurs sur les sentiers.

Le premier lancer de McGowan à Dayan Viciedo s’est retrouvé de l’autre côté de la clôture pour trois points… et les Jays ont encaissé un deuxième revers de suite au compte de 4-3.

Et lors du dernier match, Baehrle a encore une fois été délaissé par l’attaque. Bien qu’il n’ait accordé que deux points en huit manches, les Jays n’ont obtenu que quatre coups sûrs, étant blanchis 4-0.

Buehrle a ainsi encaissé un cinquième revers de suite… heureusement pour les Jays, les Orioles et les Yankees ont aussi encaissé la séfaite.

-30-

 

Une date à retenir…

Loin de moi l’idée de croire qu’un match ne fait une saison, pas plus qu’une hirondelle ne fait le printemps…

Mais si jamais les Blues Jays de Toronto devaient atteindre les séries d’après-saison, cette année, il faudra se souvenir du match du 20 juin  contre les Reds, à Cincinnati…

Pourquoi?

Parce qu’après avoir divisé les honneurs d’un double à Baltimore et s’être fait lessiver en trois matchs au Yankee Stadium, les Jays se sont trouvés en déficit 8-0 après seulement deux manches de jeu face aux Reds.

Il aurait été facile de baisser les bras… de se dire qu’on se reprendra demain… qu’après tout, ce n’est qu’une période creuse et un voyage difficile… Mais non, les Jays ont retroussé leurs manches et à coups de circuits et de multiples changements apportés par John Gibbons, ils ont remonté la pente et arraché la victoire 14-9 aux Reds.

Tous ont contribué à cette remontée quasi historique.

Edwin Encarnacion y est allé de deux circuits, pour la 6e fois cette saison, et a produit six points… Brett Lawrie a ajouté trois coups sûrs dont son 12e circuit, un nouveau sommet pour lui… Juan Francisco y est allé d’un circuit de deux points comme frappeur suppléant… Munenori Kawasaki a récolté deux coups sûrs, a marqué deux points et en dépit d’une erreur, a réalisé une superbe pièce en défensive… Jose Bautista n’a pas frappé en lieu sûr, mais il a négocié quatre buts sur balles et marqué deux points… Melky Cabrera a obtenu deux coups sûrs et deux buts sur balles et a croisé le marbre deux fois… Erik Kratz a claqué un gros double et a amorcé la poussée décisive en neuvième manche, rompant l’égalité de 9-9… Dioner Navarro et Colby Rasmus ont aussi mis la main à la pâte…

Seul Jose Reyes a été tenu en échec!

Sans oublier les lanceurs qui, après que Liam Hendricks et Todd Redmond eurent donné huit points en deuxième manche, Redmond, Chad Jenkins, Sergio Santos, Dustin McGowan (le gagnant) et Casey Janssen ont fermé les livres!

Voilà ce qu’on appelle une victoire d’équipe.

Ce gain va-t-il relancer les Jays? Seules les prochaines semaines nous le diront. Car les Yankees et les Orioles leur soufflent dans le dos et les Red Sox ont repris du poil de la bête.

Chose certaine, les Jays devront trouver une solution à leurs problèmes au Yankee Stadium où ils ont maintenant encaissé 16 échecs de suite. Il s’agit de la plus longue séquence d’insuccès d’une équipe face à une autre depuis que les Orioles de Baltimore avaient subi 16 revers d’affilée contre les Blue Jays, soit du 8 août 2009 au 15 juin 2011.

Les jeunes lanceurs des Jays, Marcus Stroman et Drew Hutchison devront apprendre à ménager leurs forces. Lors de son dernier départ contre les Yankees, Stroman a utilisé 98 lancers en moins de quatre manches. Hutchison, lui, en fait 99 en quatre manches et un tiers.

D’ailleurs, au lendemain de cette remontée incroyable, J.A. Happ a donné trois points sur quatre buts sur balles, après deux retraits, dès la première manche! Et comme la magie de la veille n’était pas au rendez-vous, le grand gaucher a effectué 99 lancers en seulement quatre manches dans un revers de 11 à 1.

Et le dernier match du périple a pris fin sur une mauvaise note alors que dans la défaite de 4-3 aux mains des Reds, Brett Lawrie a subi une fracture à son index droit et que Jose Bautista a quitté en troisième manche, blessé à la jambe gauche. Et Adam Lind n’est pas rétabli à 100%.

Le retour de Sergio Santos en santé est de nature encourageante, mais la descente aux enfers de Steve Delabar est inquiétante. Dans le cas de ce dernier, le nombre accru des buts sur balles qu’il accorde a fait perdre confiance à la direction tandis que la blessure de Brett Cecil prive l’équipe d’un excellent gaucher dans l’enclos des releveurs.

La présence d’un lanceur partant d’expérience ajouterait la profondeur souhaitée au personnel des Jays et celle d’un releveur en santé, gaucher ou droitier, est également souhaitable.

La solution se trouve-t-elle au sein de l’organisation des Jays ou via le marché des transactions?

La décision appartient au directeur-gérant Alex Anthopoulos et elle n’est pas facile. Il n’est pas sans savoir qu’après la déconfiture de la saison 2013 et l’excellent départ des Jays en 2014, le fil d’arrivée doit se trouver en séries d’après-saison.

Faudra d’abord apporter des changements à la formation avec l’arrivée des Yankees à Toronto pour une série de trois matchs…

-30-

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.